Alaska, terre de tous les possibles

Du 30 septembre au 8 décembre 2018, Les Grands Explorateurs vous invitent à monter à bord du voilier Balthazar et à arpenter la Grande Terre, Alaska, en compagnie de deux navigateurs aguerris Claire Roberge et Guy Lavoie.

 

Après la construction de leur voilier, ces deux aventuriers ont entrepris un grand périple de cinq ans autour du monde, en famille, qui leur a fait découvrir 34 pays et trois océans, puis ils ont effectué le périlleux passage du Nord-Ouest. Ils reviennent de cette aventure pour nous faire découvrir cette vaste région nordique, riche et accueillante qu’est l’Alaska.

Sur les routes, depuis le mont Denali jusqu’au bout de la péninsule de Kenaï, en passant par la ville d’Anchorage, ils nous font aussi découvrir cette région autrement qu’avec leurs yeux de marins. Que ce soit en train, en traversier, en auto ou en véhicule motorisé, embarquez pour découvrir un environnement qui saura vous émerveiller et vous faire rêver!

 

 

Alaska, pour une immersion en pleine nature

Terre de glaciers, de montagnes et de fjords, l’Alaska, qui signifie « Grande terre » en langue aléoute, est reconnu pour la beauté de ses paysages sauvages. Situé au nord-ouest du Canada, il est le plus grand état américain, tout en étant le moins densément peuplé. Cette région comporte plusieurs forêts et parcs que l’on peut explorer à travers de nombreux sentiers de randonnées, mais où certains ne peuvent être visités que par les voies aériennes ou navigables. Parmi les plus remarquables, citons les parcs nationaux de Glacier Bay et de Wrangel-St Elias, tous deux classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

En raison de son vaste territoire, il est difficile de visiter toutes les régions de l’Alaska en un seul périple. Les visiteurs devront faire quelques compromis pour privilégier les régions qu’ils voudront découvrir en priorité et surtout profiter d’une expérience riche en activités de toute sorte.   L’Alaska est un énorme terrain de jeux. Pour en profiter pleinement, mieux vaut limiter les déplacements et plutôt agrémenter ses journées en s’adonnant à des activités en pleine nature. Voici quelques lieux à considérer pour planifier un prochain voyage dans cet état américain.

 

 

Sud-Est de l’Alaska

Cette région est constituée de milliers d’îles de différentes tailles, connues collectivement sous le nom d’archipel Alexander. Ces îles protègent les eaux côtières plus intérieures, appelées le « passage intérieur », des grandes vagues, ce qui les rend relativement faciles à naviguer et devenus très populaires pour les croisières. En raison de la faible densité de population, il n’existe que des réseaux routiers locaux, à l’exception des villes de Haines et Skagway, situées dans le nord du continent, qui sont reliées à l’« Alaska Highway ». Par conséquent, les déplacements entre les îles et entre les villes continentales sont limités aux bateaux et aux avions.

La capitale de l’Alaska, Juneau, ne fait pas exception à cette particularité de cette région, et même s’il est possible de rayonner en voiture à proximité, on ne pourra s’y rendre ou la quitter que par bateau ou en hydravion. Plus petite capitale des États-Unis avec moins de 30 000 habitants, le nom de cette ville a été choisi pour rendre hommage à un mineur canadien-français du nom de Joseph Juneau, originaire de Repentigny au Québec.

Juneau est le port principal de départ et d’arrivée des croisières qui partent pour les passages du nord dans les îles de l’Alaska comme Glacier Bay, l’île de Baranof et l’île de Chichagof. Explorer cette région dans le cadre d’une croisière est une option idéale pour découvrir ce vaste territoire, reconnu pour ses fjords majestueux et observer la faune marine et terrestre, comme les ours, les orignaux, baleines et bien d’autres.

 

 

Anchorage et la région du centre sud

Située en contrebas de la chaîne de montagnes Chugach et sur les rives du golfe de Cook, Anchorage est la plus grande ville de l’Alaska.   Elle compte près de 300 000 personnes, soit 40 % de l’ensemble de la population de l’état. L’essor de cette métropole a débuté lorsque son site a été choisi en 1914 par l’Alaska Railroad Company comme principale zone d’accès (expliquant l’origine du nom de la ville signifie « zone d’ancrage ») pour l’entreposage des matériaux de construction des chemins de fer de tout l’Alaska. En raison de sa proximité avec la Russie, cette ville représentait aussi un point stratégique pour l’armée américaine qui y est encore bien établie. Les militaires et leurs familles comptent pour près de 10 % de la population de la métropole. Aujourd’hui, Anchorage constitue la porte d’entrée de l’Alaska pour grand nombre de touristes souhaitant visiter la région.

 

Parc national de Wrangel–Saint-Élias

Cette réserve nationale constitue le plus grand parc des États-Unis et abrite plus d’une centaine de glaciers et de sommets aux neiges éternelles, formant la plus importante étendue glaciaire du monde après les pôles. On y compte neuf des seize plus hauts sommets américains, dont le plus élevé étant le mont Saint-Elias culminant à 5489 mètres. Accessible par une autoroute, il est situé à 300 km à l’est d’Anchorage. Deux routes accidentées en gravier sillonnent le parc, donnant accès à l’intérieur à des terrains de campings et des sentiers de randonnée. Situé au carrefour de trois chaînes montagneuses – Chugach Mountains, Wrangel et St Elias, ce paradis de la randonnée pédestre saura charmer les amateurs de plein air désirant contempler la nature dans sa complète authenticité.

 

Péninsule du Kenai

Ce territoire, composé à 90 % de nature sauvage, constitue une destination de choix pour les voyageurs qui souhaitent observer la faune marine et la flore dans son habitat naturel. À l’intérieur de cette péninsule se trouve le parc national des fjords de Kenai qui s’étend sur plus de 600 000 acres et abrite l’un des plus grands champs de glace des États-Unis: le glacier Harding. Bien que l’observation de ce glacier soit accessible de la route, il est préférable de prendre part à une excursion en bateau pour découvrir toute la splendeur de cette région, car de nombreux points d’intérêts sont accessibles que par l’eau. Lors de ces croisières, il sera possible d’observer, et parfois juste à côté du bateau, des otaries, des pygargues à tête blanche, des loutres de mer et quelques ours noirs et orques. Ces excursions permettront aussi de profiter de points de vue extraordinaires sur les glaciers se jetant dans la mer à travers les fjords étroits dans un spectacle sonore saisissant généré par les énormes blocs de glace se détachant et tombant dans l’eau.

 

 

Denali Park

Situé au cœur de l’Alaska, le Denali Park comprend le Denali, le plus haut sommet d’Amérique du Nord, culminant à près de 6 200 m au-dessus du niveau de la mer, qui, en raison de sa situation géographique arctique et de son altitude en font un des sommets les plus difficiles à escalader au monde. De nombreuses coulées glaciaires descendent des sommets les plus élevés, dont le glacier Muldrow où il possible d’observer la moraine à proximité de la route.

Durant la saison estivale, des mesures visant la protection de ce parc interdisent aux véhicules privés de dépasser les 20 premiers km de l’unique route du parc. Pour s’aventurer plus près, les visiteurs doivent recourir au service des agences locales pour explorer le parc au-delà des limites permisses. La variété des excursions disponibles permet de découvrir la faune sauvage sous différents types d’activités: randonnées, safari en véhicule tout terrain, tour d’avion, etc., les choix ne manquent pas pour s’aventurer à l’intérieur du parc à l’écart des gros autocars touristiques.

Ce n’est qu’en 1913 que le mont Denali fut pour la première fois vaincu par l’homme. Longtemps connue sous le nom Mont McKinley, en l’honneur de l’ancien président américain du même nom, cette montagne a repris officiellement son nom d’origine autochtone lors de la visite du président Obama en 2015.

 

 

Routes panoramiques

Pour guider les touristes dans leur choix d’itinéraires, trois parcours ont été désignés « routes panoramiques nationales » pour la beauté de leur paysage: La Glenn Highway et la Seward Highway, qui permettent d’accéder à des glaciers par la route, ainsi que l’Alaska Marine Highway, un itinéraire maritime unique, qui relie plus de 5 500 kilomètres de voies navigables côtières.

Peu importe l’itinéraire retenu pour un prochain voyage en Alaska, les voyageurs resteront envoûtés par le charme et la beauté insolite de ses attraits naturels, devenus une source d’inspiration pour plusieurs, dont Claire Roberge et Guy Lavoie qui sauront vous partager leur passion commune pour cette région à travers leur film documentaire: Alaska, terre de tous les possibles.